Published on

    Fritz Bauer, un procureur contre le nazisme

    Le procureur général juif Fritz Bauer a mené les rares procès allemands contre les nazi à l'après guerre. Il a eu de nombreuses difficulté et son entreprise n'a pas été un succès à la mesure de l'enjeu.

    Il lui aura fallu patienter 4 ans avant de pouvoir revenir en Allemagne sous prétexte que les allemands n'étaient pas prêts à avoir des cadres juifs sitôt la fin de la guerre.

    La majorité de ses collègues procureurs avaient collaboré et soutenu les injustices du régime nazi et il pouvait compter sur eux pour lui mettre des battons dans les roues. C'est pour cette raison qu'il donna Eichmann aux israéliens et que le procès ne se passa donc pas en Allemagne, privant le pays d'un débat nécessaire. Il devra d'ailleurs s'éteindre alors qu'il initiait un procès contre ses pairs.

    Le procès d'Auschwitz qu'il mena en 1964 tout de même fut une tribune et l'occasion pour de nombreux allemands de découvrir l'horreur des camps, ainsi que la banalité des coupables. De manière intéressante, aucun d'eux ne se repentirent ou avouèrent leur culpabilité malgré leur participation active dans les camps. En règle générale, lors des génocides, les auteurs ne se sentent pas responsables de leurs actes et invoquent leur devoir auprès de la hiérarchie. On peut cependant citer Albert Speer, ministre de l'armement de Hitler qui s'il n'a pas admit avoir été au courant des massacres dans les camps (ce qui s'est avéré être un mensonge) a tout de même reconnu l'horreur et son repentir d'avoir participé indirectement à ces crimes.

    This page was last modified: